Articles propriétés

Pratiquement toujours la même rengaine de l’agent immobilier

Août 2018 – Voici un article que j’ai écrit pour l’Olive Press en décembre 2014 qui examine l’impact d’Internet sur le marché et le secteur de l’immobilier. Même s’il a été écrit il y a presque quatre ans, les recherches actuelles indiquent que ses conclusions sont toujours d’actualité. Bien qu’il y ait de fortes raisons de penser que la part de marché des agents en ligne a augmenté pour atteindre environ 6 %, ces derniers ne représentent toujours qu’une fraction du marché. Il fut un temps où l’on prédisait que les agences virtuelles s’approprieraient 50 % du marché d’ici 2020, en 2018, eMoove a maintenant revu cette prévision à la baisse, la ramenant à 30-35 % pour les 5 prochaines années, ce qui parait encore assez optimiste.
Pratiquement toujours la même rengaine de l’agent immobilier

Article original :

Bien qu’Internet ait changé le secteur de l’immobilier, tout comme beaucoup d’autres, il semble que les agences immobilières seront encore là pendant un certain temps. Ce n’est pas seulement une bonne nouvelle pour nous, mais aussi pour les clients.

Internet a été qualifié de grand désintermédiaire, permettant aux acheteurs et aux entreprises de traiter directement entre eux, réduisant ainsi les coûts, le temps et les tracas liés à la réalisation des projets. Ce faisant, il a également réduit d’innombrables industries en miettes. Pensez aux agents de voyage, aux courtiers d’assurance, aux libraires…

Certaines nouvelles start-ups aux États-Unis et au Royaume-Uni assurent que le secteur de l’immobilier sera le suivant. Et, soyons réalistes, de tous les intermédiaires que la plupart d’entre nous souhaiteraient éliminer, les agents immobiliers doivent être proches de la tête de liste.

L’argument clef de vente du modèle d’entreprise en ligne est un paiement à tarif fixe, plutôt qu’à la commission, avec la promesse de milliers d’euros d’économies potentielles, par rapport aux agences « traditionnelles » comme la nôtre. Les vendeurs paient d’avance pour inscrire une propriété et les acheteurs paient un prix qui inclut les frais fixes.

Les agents en ligne affirment qu’ils peuvent facturer moins cher et faire profiter leurs clients de l’épargne réalisée, car ils n’ont pas besoin de louer des emplacements coûteux dans les rues, d’employer du personnel, d’acheter ou de louer des voitures, ni même de passer des appels. Les clients communiquent avec eux en ligne ou via un centre d’appel ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, situé quelque part dans l’espace.

Mise à jour 2018 : La dernière itération de ce type en Espagne est Housell, qui prétend être la nouvelle façon révolutionnaire de vendre votre propriété. En réalité, l’offre de produits est remarquablement similaire à celle que d’autres agents en ligne européens proposent depuis un certain temps déjà. Housell avance les mêmes arguments, à savoir pourquoi payer à un agent une commission exorbitante pour vendre votre maison si vous pouvez le faire vous-même pour un prix fixe.

La plupart des « agents » en ligne se contentent de mettre en relation les vendeurs et les acheteurs, tandis que certaines opérations hybrides emploient des « non agents » qui travaillent en face à face avec les clients et leur présentent les propriétés en personne, mais le font sans commission.

La seule chose qui les unit tous est l’affirmation audacieuse que leur activité est la voie de l’avenir et que les professionnels « traditionnels » sont une chose du passé.

Malgré les discours sur la fin d’une époque, deux articles récents de The Economist révèlent des données intéressantes sur les raisons pour lesquelles notre activité reste métaphoriquement liée à la brique et au mortier.

Le dernier, paru en novembre, note que, malgré le nombre de sites web consacrés à l’immobilier, seuls 9 % des ventes de maisons aux États-Unis en 2013 ont été réalisées sans l’aide d’un agent immobilier. Plus surprenant encore, cette proportion a chuté depuis 2008, année où elle avait atteint un sommet de 13 % seulement. Les chiffres récents concernant Redfin, qui a débuté en 2004 et qui est l’un des agents immobiliers en ligne dont on parle le plus aux États-Unis, révèlent que son activité représente toujours moins de 1 % de la part de marché américaine, ce qui n’est guère une révolution.

Les agences en ligne ne semblent pas non plus mettre au chômage un trop grand nombre d’agents de la vieille école. En fait, en juin, The Economist a rapporté que le nombre de personnes travaillant pour des sociétés immobilières britanniques a augmenté de 16 % en 2013, un taux de croissance plus rapide que dans tout autre secteur.

Les données suggèrent que la plupart des gens préfèrent encore travailler avec des agents traditionnels, même si cela implique de payer des honoraires plus élevés que ceux proposés en ligne. Si beaucoup recherchent des biens immobiliers en ligne depuis le confort de leur foyer, lorsqu’il s’agit d’acheter ou de vendre, ils exigent la connaissance locale et le service personnalisé que seul un professionnel en chair et en os peut fournir.

Le principal site immobilier du Royaume-Uni, Rightmove, a indiqué en septembre dernier que les agents en ligne ne représentaient que 2 % des inscriptions, soit une infime partie du marché. Leurs recherches suggèrent que les vendeurs et les propriétaires s’appuient sur des professionnels ayant une présence locale et qu’ils accordent une note élevée à ce facteur lorsqu’ils évaluent le service et la confiance.

Les agents « traditionnels » offrent une valeur ajoutée que les concurrents en ligne ne peuvent égaler. Il peut s’agir des heures passées avec les vendeurs, à parler de ce qui rend leur propriété spéciale, ou des kilomètres parcourus en voiture avec les acheteurs, à la recherche de la maison de leurs rêves, mais ce que nous offrons réellement, c’est un service personnalisé. Et contrairement à ceux en ligne, si nous ne vendons pas, nous ne sommes pas payés.

Plutôt que de remplacer les agences traditionnelles, l’internet apporte une valeur ajoutée à un modèle commercial existant. Plus de 80 % du trafic des serveurs d’Inmoba, un réseau spécialisé dans notre industrie basé à Estepona que nous utilisons et qui répertorie 16 000 propriétés sur la Costa del Sol, passe par Google, mais 100 % de leurs annonces proviennent du monde réel.

Si l’achat d’une maison était aussi simple, Amazon les vendrait. Mais si vous vendez ou achetez ce qui, pour la plupart d’entre nous, est le plus grand bien que nous posséderons jamais, nous préférons traiter avec un être humain, même s’il est agent immobilier.

Par Adam Neale | Nouvelles de l’immobilier | 3 décembre 2014

 

Par Alex Salazar | Articles propriétés | 7 septembre 2020

Publications qui pourraient vous intéresser

Pratiquement toujours la même rengaine de l’agent immobilier
Sandra

"Vous voulez acheter ou vendre un bien?"