Articles propriétés

Enregistrer votre propriété destinée à la location touristique ou faire face aux conséquences

La nouvelle réglementation andalouse en matière d’hébergement touristique est entrée en vigueur le 11 mai 2016. Profitant de l’expérience d’autres régions d’Espagne avec des lois similaires, vous devriez vous inscrire maintenant ou risquer de payer des amendes à l’avenir.
Enregistrer votre propriété destinée à la location touristique ou faire face aux conséquences

En mai dernier, les règles de location de vacances récemment introduites par la Junta de Andalucía sont devenues des lois, obligeant les propriétaires qui souhaitent louer à des touristes à s’inscrire au registre du tourisme andalou (RTA) sous peine d’encourir des amendes pour avoir loué illégalement un logement.

Le site web immobilier idealista.com a indiqué qu’au cours des trois mois qui ont suivi l’entrée en vigueur du décret en février, seuls 3 000 biens immobiliers ont été enregistrés auprès du RTA, mais que près de 14 430 demandes d’information ont été reçues par le département du tourisme et des sports de la Junta.

Selon les chiffres du département du tourisme et des sports, il pourrait y avoir jusqu’à 80 000 propriétés, et jusqu’à 800 000 lits, qui sont loués régulièrement aux touristes dans la région. Pour l’instant, il semble que de nombreux propriétaires le font en cachette en espérant ne pas se faire prendre.

Selon les termes de la nouvelle loi, si une propriété est louée en Andalousie comme logement touristique sans que le propriétaire ait signé une déclaration de responsabilité et ait reçu un numéro d’enregistrement RTA unique, il ou elle peut être tenu(e) responsable d’amendes allant de 2 000 à 18 000 euros.

Sur l’île d’Ibiza, le gouvernement a adopté une position stricte pour lutter contre les logements de vacances illégaux, en vertu de lois introduites en 2012. Jusqu’à présent, seules 1 500 propriétés, comptant quelque 5 000 lits, ont été enregistrées pour les touristes sur l’île, et 5 000 autres sont en attente d’enregistrement.

En mai, El Consell de Ibiza a annoncé qu’il utilisait une application spécialisée pour vérifier les pages Internet populaires afin de trouver des locations « pirates ». Jusqu’à 20 000 lits dans 4 500 propriétés ont été suivis sur un seul site web. Une nouvelle campagne publicitaire rappellera aux propriétaires, aux agents immobiliers et aux agences de voyage que les amendes peuvent varier de 4 000 à 40 000 euros.

À Barcelone, la plus grande destination touristique d’Espagne, Ada Colau, la maire de la ville, qui a pris ses fonctions en juin dernier lorsque la coalition Barcelona en Comú a remporté les élections locales, a prolongé un moratoire sur l’hébergement touristique qu’elle avait voté peu après son arrivée au pouvoir.

Le précédent maire de Barcelone, Xavier Trias, avait déjà « déclaré la guerre » aux hébergements de vacances illégaux en 2014, suite à une série d’incidents impliquant des touristes ivres et des résidents locaux en colère pour des locations de courte durée non réglementées.

Jusqu’à présent, environ 9 600 licences ont été délivrées par le conseil municipal de Barcelone, bien que l’on pense que 6 000 autres propriétés de la ville ne sont pas conformes aux lois sur le tourisme de la Catalogne qui ont été introduites durant l’été 2015. Le conseil a déjà commencé à distribuer des amendes pouvant aller jusqu’à 600 000 euros.

Bien que la sanction maximale en Andalousie ne représente qu’une fraction des pénalités imposées en Catalogne, je conseille aux futurs propriétaires de s’assurer que vous et votre propriété de location êtes en pleine conformité avec la nouvelle législation, plutôt que de risquer de se retrouver devant les tribunaux et de devoir remettre le loyer gagné aux autorités.

Par Adam Neale | Nouvelles de la propriété | 18 mai 2016

Par Alex Salazar | Articles propriétés | 8 septembre 2020

Publications qui pourraient vous intéresser

Enregistrer votre propriété destinée à la location touristique ou faire face aux conséquences
Sandra

"Vous voulez acheter ou vendre un bien?"