Articles propriétés

Les conséquences à long terme des locations de vacances à courte durée

Après avoir adopté de nouvelles lois pour réglementer la location de logements touristiques il y a un peu plus d’un an, Malaga commence maintenant à ressentir les effets de l’augmentation du nombre de propriétés louées aux touristes.

Les conséquences à long terme des locations de vacances à courte durée

Depuis l’adoption d’une nouvelle loi en mai 2017, qui réglemente les locations de courte durée en Andalousie, la province de Malaga a vu des milliers de propriétaires enregistrer leur logement auprès du gouvernement régional, la Junta de Andalucía, afin d’éviter tout problème avec la loi.

À ce jour, plus de 15 000 propriétés ont été enregistrées auprès des autorités, ce qui représente plus de 60 % de l’offre totale de logements touristiques dans la province. Mais, selon un récent article du journal de Malaga, Diario Sur, il n’y a pas que la loi qui préoccupe ceux qui souhaitent louer leurs biens immobiliers à des touristes.

Les hôtels ne sont pas les seuls à se plaindre

Les hôteliers continuent d’exprimer leurs préoccupations en matière de concurrence déloyale, certains conseils municipaux envisageraient de limiter le nombre de propriétés louées aux touristes dans certaines zones, et, comme cela s’est déjà produit dans d’autres villes espagnoles comme Barcelone, les résidents commencent à se plaindre des conséquences indésirables des locations à courte durée, comme le bruit et d’autres perturbations.

En même temps, on craint de plus en plus que la popularité de la location touristique dans certaines villes de la Costa del Sol ne conduise à une désertification provoquée par Airbnb, car les habitants, incapables de s’aligner sur les prix des propriétés à louer que les visiteurs sont prêts à payer, sont chassés des zones les plus populaires.

Les communautés peuvent modifier leurs normes pour mettre fin aux locations touristiques

La Société des Administrateurs Communautaires de Malaga, CAF, fait maintenant pression au nom des communautés de toute la province pour essayer de faire en sorte que les propriétaires qui souhaitent empêcher que des maisons de leur communauté soient louées à des touristes puissent le faire.

À l’heure actuelle, à moins que les statuts d’une communauté n’interdisent expressément cette pratique, tout propriétaire peut, en théorie, louer son bien à des touristes. Pour empêcher cela, il faut modifier les statuts, ce qui nécessite l’approbation unanime de tous les propriétaires, ce qui ne risque pas de se produire si un ou plusieurs d’entre eux souhaitent utiliser leur maison pour un hébergement de courte durée. La seule autre option dont disposent les communautés est de poursuivre en justice les propriétaires récalcitrants, une procédure qui peut être longue.

La CAF propose une modification des règles qui permettrait à celles-ci d’empêcher les propriétaires de louer aux touristes à la majorité simple, ce qui signifie qu’un seul vote dans un sens ou dans l’autre serait suffisant.

Par Adam Neale | Nouvelles de la propriété | 18 juillet 2017

Par Alex Salazar | Articles propriétés | 25 août 2020

Publications qui pourraient vous intéresser

Les conséquences à long terme des locations de vacances à courte durée
Sandra

"Vous voulez acheter ou vendre un bien?"