Articles propriétés

L’impôt sur la fortune en Espagne – dois-je rester ou partir?

Le décès et les impôts sont deux constantes inévitables, mais étant donné la profusion d’impôts différents, l’impôt sur la fortune est un impôt qui peut parfois surprendre les gens. Quel est plus précisement le statut de ce qui est appelé en espagnol « patrimonio » ?
L'impôt sur la fortune en Espagne - dois-je rester ou partir?

Si vous vous installez en Espagne, vous pouvez raisonnablement vous attendre à payer la TVA (appelée ici IVA) sur les biens et les services, ainsi que les taux et les taxes municipales, et bien sûr les impôts universellement connus tels que l’impôt sur le revenu, l’impôt sur les plus-values et l’impôt sur les successions. Cependant, ayant été rétabli pendant la crise financière, l’impôt sur la fortune est celui qui prend de nombreux résidents étrangers par surprise.

C’est particulièrement vrai pour les citoyens britanniques, car cet impôt n’existe pas au Royaume-Uni. Cependant, les Espagnols, les résidents étrangers et les non-résidents peuvent être redevables de l’impôt sur la fortune, à condition qu’ils possèdent un bien immobilier dans le pays. Au-delà de cela, les règles spécifiques applicables aux résidents et aux non-résidents varient considérablement.

Si vous êtes non-résident, vous ne payez l’impôt sur la fortune que sur vos biens espagnols, l’impôt pour les résidents étant calculé sur la totalité de leurs biens (dans le monde entier), mais ceux-ci font l’objet de généreux abattements qui, le cas échéant, peuvent réduire considérablement le montant à payer. Ce qui rend la vie (encore) plus compliquée est le fait que, s’il s’agit en premier lieu d’un impôt national, il est généralement fixé et réglementé par les différentes autorités régionales espagnoles – dans notre cas, l’Andalousie.

Ce sont souvent elles qui déterminent la nature et le montant des abattements, déductions et rabais, ainsi que le taux d’imposition lui-même. La loi de la région dans laquelle vous vivez, ou dans laquelle vous possédez des biens, est celle qui s’applique en ce qui vous concerne si vous êtes résident, tandis que la réglementation nationale en matière d’impôt sur la fortune concerne les non-résidents, qui sont également tenus par la loi d’avoir un représentant fiscal local sous la forme d’un avocat ou d’un gestor.

Ce qui vous est imposé

Les biens qui entrent dans la catégorie imposable comprennent les biens immobiliers, les activités professionnelles, l’épargne, les assurances et les polices d’investissement, les articles de luxe tels que les bijoux de valeur, les œuvres d’art, les voitures, les yachts et la détention de redevances ou de droits de propriété intellectuelle. Les pensions, les articles ménagers normaux, les entreprises personnelles et les droits d’auteur sont exonérés, s’ils sont liés à l’activité principale et à la source de revenus de la personne.

L’impôt espagnol sur la fortune a été réintroduit en 2011 en tant que mesure « temporaire », mais ces mesures ont tendance à rester en vigueur et il n’y a pas encore d’indication claire quant à la date à laquelle il sera supprimé, le cas échéant. Par rapport à la France et au Portugal, l’Espagne est à la traîne pour ce qui est de se rendre plus attrayante pour les résidents et les investisseurs étrangers. Depuis 2012, le gouvernement reporte d’année en année la mise en œuvre de l’abattement fiscal de 100 % prévu à l’article 33 de la loi sur l’impôt sur la fortune.

Pour 2018, cette prolongation n’a pas encore été convenue, mais comme le commente notre expert résident Adolfo Martos Gross de GAM Abogados ¨considérant que l’impôt sur la fortune de 2019 est dû le 31 décembre 2018, le gouvernement a suffisamment de temps pour s’accorder avant cette date.¨

Ce que font les autres pays

Le fait est que, comme de nombreux pays d’Europe actuellement, le Portugal est un pays à forte fiscalité pour ses citoyens tout en offrant des incitations intéressantes pour les étrangers, qui peuvent demander une exonération de l’impôt sur les résidents non habituels pendant dix ans – une faille qui vous permet de vivre jusqu’à 100 % en franchise d’impôt dans le pays pendant cette période. La résidence s’acquiert plus facilement grâce au programme du golden visa, qui permet d’acheter un bien immobilier dans le pays, ou en investissant dans une activité économique, et peut même déboucher sur la citoyenneté.

La France a elle aussi mis en œuvre des réformes fiscales dans le cadre d’une révision visant à la rendre plus dynamique et plus compétitive sur le plan économique. Ainsi, l’impôt sur la fortune sur l’épargne et les investissements est supprimé, tandis que le taux d’imposition sur les revenus des investissements est abaissé. L’impôt sur la fortune de 0,5 % à 1,5 % par an sur les biens immobiliers reste en place, mais dans l’ensemble, l’environnement fiscal en France s’améliore, tant pour les nationaux que pour les expatriés.

Et l’Espagne…

Alors que ses voisins deviennent moins gourmands et plus attractifs en termes de politique fiscale, l’Espagne reste pour l’instant bloquée dans l’immobilisme. L’abolition de l’impôt sur la fortune n’est pas prévue dans un avenir proche, mais plutôt une série d’examens dans chacune des régions autonomes. Pour l’instant, rien n’indique que cette mesure entraînera des réductions significatives ou rendra le système plus souple, mais il y a lieu d’espérer qu’à moyen terme, l’Espagne et ses régions voudront suivre l’exemple de pays comme le Portugal, la République tchèque et la France, qui imitent eux-mêmes les mesures prises par des pays comme les Pays-Bas et le Royaume-Uni il y a quelque temps.

Par Adam Neale | Nouvelles de la propriété | 30 mai 2018

 

Par Alex Salazar | Articles propriétés | 19 août 2020

Publications qui pourraient vous intéresser

L’impôt sur la fortune en Espagne – dois-je rester ou partir?
Sandra

"Vous voulez acheter ou vendre un bien?"